HOMMAGE À CERVANTES

Vendredi 27 mai 2016
de 14h 30 à 19 h

 

 

BMVR de l’Alcazar (Salle de conférences). 58, cours Belsunce – 13001 Marseille.

 

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

 

 

 

En partenariat avec l’Instituto Cervantes de Lyon et la BMVR de l’Alcazar.

Avec la collaboration de l’Action culturelle d’Espagne (AC/E) : http://www.accioncultural.es/

 

Los trabajos de Persiles y Segismunda, est un roman posthume de Cervantes, mort en 1616.
La Conférence sera donnée par M. Benito Pelegrín, musicologue, professeur des Universités et grand hispaniste.
Elle sera suivie d’un concert : Musique au temps de Cervantes donné par le duo Capella de Ministrers, musiciens catalans spécialistes de musique ancienne.
Ce concert proposé dans le cadre d’un partenariat avec l’Instituto Cervantes de Lyon sera ponctué par des lectures de textes de Cervantes.

 

 

PREMIÈRE PARTIE :

 

Conférence de Benito Pelegrín Los trabajos de Persiles y Segismunda.
« Benito Pelegrín, aujourd’hui professeur émérite à l’Université de Provence, grand connaisseur du baroque, se coiffe avec élégance et talent de plusieurs casquettes : écrivain, dramaturge, traducteur avisé de Baltasar Gracián, journaliste et critique musical, il est depuis des décennies sur tous les fronts de la culture autour de Marseille, qu’il connaît bien ». (Philippe Gut)
http://bpelegrin‐livres.blogspot.fr/

 

 

DEUXIÈME PARTIE :

 

 

 

Musique au temps de Cervantes, par la Capella de Ministrers (direction Carles Magraner) :
Carles Magraner, direction artistique, viola da gamba (jouée à l’archet).
Robert Cases, guitare et théorbe.

 

LE PROGRAMME :
Textes lus par Jean-Claude Nieto et Gisela Dorado Guerrero.

1) La Spagna (Falla con misuras) de Guglielmo Ebreo da Pesaro
2) Dame acogida en tu hato (Canción y glosados) de Esteban Daza
3) Para quien crié yo caballos (Romance y pavana con su glosa) de Antonio de Cabezón
4) Passagi sobre Doulce Mémoire (variaciones sobre Canarios) de Diego Ortiz
5) Pavana y Villanesca de Luis Milán et Diego Pisador
6) Calata a la spagnuola y Jota de Joan Ambrosio Dalza y Santiago de Murcia
7) Romanesca y Folías de Diego Ortiz

L’œuvre intégrale de Miguel de Cervantes regorge de références à la danse et à la musique de l’Espagne du XVIème et du début du XVIIème siècle afin d’amplifier les actions théâtrales, de relier des scènes dramatiques ou d’illustrer des personnages. Romances, chansons et danses d’entrée, maintes fois évoquées, prouvent que l’auteur connaissait une musique antérieure toujours appréciée à son époque. Associés à la voix, les instruments utilisés par les personnages nous plongent dans une polyphonie d’écoutes. Dans Le Quichotte plus particulièrement, sons et musiques diverses ponctuent les moments clés. Les bruits créés invitent au souvenir, rappellent des circonstances et activent la mémoire tout en sublimant des gestes ordinaires. Le programme présenté ici nous immerge au cœur des textes, au travers de citations, d’œuvres ou d’intentions dans l’unique but de provoquer chez le spectateur plaisir et curiosité.

 

http://www.capelladeministrers.com/